Thomas Bach : le président du CIO dans l’oeil du cyclone

Le Comité International Olympique, l’a confirmé, hier, dimanche : elle ne prendra aucune sanctions contre la Russie pour les Jeux Olympiques de Rio. A la tête de cette décision,le président du CIO, l’allemand Thomas Bach. Un patron qui avait, pourtant, implicitement validé le rapport de l’Agence Mondiale Antidopage la semaine dernière. Un rapport pointant un programme de triche organisée par le gouvernement de Vladimir Poutine et ses services secrets.

Richard-McLaren-(2)
Richard McLaren auteur du rapport sur le dopage en Russie. C.Photo : Franck Gunn|AP|SIPA

«Le CIO n’hésitera pas à prendre les sanctions les plus strictes possibles, contre tout individu et toute fédération impliqués»… Cette phrase c’est celle de Thomas Bach, président du Comité International Olympique, le lundi 18 Juillet. Une réponse en forme de soutient à l’AMA, l’Agence Mondiale Antidopage. Dans son rapport, publié quelques heures plus tôt et rédigé par le juriste canadien Richard McLaren, elle dénonçait le scandale du dopage en Russie. Plus de 100 pages accablantes pour le sport local, ses laboratoires de médecines et le gouvernement de Vladimir Poutine. 

Selon le rapport, la Russie ,via ses ministre des sports de l’époque Yuri Nagorny et l’actuel Vitali Moutko, aurait eu accès à tous les échantillons positifs détectés par les laboratoires anti-dopage russes de Moscou et Sotchi. A partir de là,  ils auraient décidé, selon McLaren, de couvrir ou non certains athlètes du pays avant, après et pendant les Jeux Olympiques d’Hiver de Sotchi en 2014. Par quel procédé ? Tout simplement en changeant les données médicales ou en remplaçant les échantillons d’urines positifs par d’autres échantillons conformes au règlement.Une technique adoptée lors des J.O de Sotchi et lors des Championnats du Monde d’Athlétisme à Moscou en 2013. Un système établi avec les deux laboratoires et des agents secrets. Au cœur de la révélation du scandale : l’ancien directeur du laboratoire de Moscou Grigori Rodtchenkov.  Dans le New York Times, il avait dénoncé, en début d’année, le système de dopage organisé par le ministère des sports. Système pour lequel il a participé et qui aurait profité à des dizaines d’athlètes russes, dont quinze médaillés.

MACCLAREN
Rapport Richard McLaren – Cas de dopages en Russie entre 2011 et Août 2015.

Des preuves, contestées par la Russie et le ministre Moutko, validées verbalement, dans un premier temps, par le CIO et son président Thomas Bach avant l’annonce du Dimanche 24 Juillet. Le Comité a en effet décidé de ne pas sanctionner la Russie et de l’exclure des Jeux Olympiques de Russie. Dans un communiqué publié Dimanche après-midi, elle laisse la décision finale à toutes les fédérations de sport. L’athlétisme a d’ors et déjà annoncé les sanctions. Sa fédération internationale l’IAAF a suspendu tous les athlètes russes. Une décision validée par le Tribunal Arbitral du Sport. Une seule athlète russe pourra cependant participer aux épreuves : Darya Klishina, sauteuse en longueur. Exilée aux Etats-Unis depuis 3 ans, son innocence a été confirmée. 

Darya_Klishina_2013_World_Championships_in_Athletics_opt (1)
Darya Klishina aux Championnats du Monde d’Athéltisme à Moscou en 2013.

Nombreux journalistes pointent ce matin, les bonnes et étranges relations qu’il entretient depuis des années avec la Russie et Vladimir Poutine. Premier élément : les J.O de Sotchi en 2014. La Russie, fortement condamnée par l’opinion mondiale sur sa propagande contre l’homosexualité, avait reçu le soutient de l’allemand Bach. Un soutien également apportée à Vladimir Poutine lors de la crise russo-ukrainienne en Crimée. Une amitié commune puisqu’en 2013, le chef de l’état russe avait chaleureusement félicité l’actuel président du CIO. De son côté Thomas Bach réfute toutes ententes ou pressions de la Russie. Dans plusieurs interviews, il a évoqué une décision qui ne « fera pas plaisir » mais qui va dans le sens « du respect des sportifs propres ». Si aucune preuves ne peut actuellement ouvrir la piste d’un accord tacite, la décision d’hier, prise en quelques heures, pose la question de l’objectivité du président. 

Une colère fortement relayée sur internet aujourd’hui par les grandes instances du sport. Tout d’abord l’Agence Mondiale Antidopage, auteur du rapport de base, a parlé de déception via son président Craig Reedie. Selon lui le rapport était clair et sans équivoques. En ajoutant que le choix de demander aux fédérations internationales de faire le tri vont inévitablement mener à un manque d’harmonisation. « L’Inado, l’Institut international des agences antidopage, est allé plus loin en parlant « d’un jour triste pour le sport » sur le site internet du Guardian. Enfin, pour Travis Tygard, directeur exécutif de l’Usada, l’agence antidopage américaine « le CIO a refusé de jouer un rôle de leader déterminant. »

le-ministre-russe-des-sports-vitali-moutko-face-aux-reporters-a-la-federation-d-athletisme-le-16-janvier-20016-a-moscou_5512083
Le ministre des sports russe Vitali Moutko. Il est suspendu de visites pour les Jeux Olympiques de Rio. C.Photo : Vasily Maximov.

La Russie et son ministre des sports se sont montrés,eux, reconnaissant envers le CIO ce matin. En rappelant l’honnêteté de son ministère et celle du laboratoire de Moscou, Vitali Moutko a parlé d’une décision objective. Du côté des sportifs, la Fédération Mondiale du Tennis a confirmé la présence de tous les sportifs russes. Même tendance à la Fédération Mondiale du Judo. La Fédération Internationale de Natation, elle, a suspendue 7 nageurs russes en début de soirée. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s