Quels sont les gaz chimiques existants ? Quels symptômes sur l’être humain ?

Le régime syrien est mis en cause, après la mort, mardi 4 avril, de 86 personnes au moins, dont 20 enfants, après une attaque aérienne au gaz toxique à Khan Cheikhoun, dans la province d’Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie.  Des autopsies en Turquie confirment l’utilisation d’armes chimiques. Ce jeudi le ministre turc de la Justice, cité par l’agence de presse progouvernementale Anadolu, l’a confirmé.

image5 (1)

Si en 2013, le gouvernement syrien a ratifié la Convention sur l’interdiction des armes chimiques, la Syrie est donc censée avoir détruit son arsenal chimique aux termes d’un accord américano-russe. Mais le régime a été suspecté à plusieurs reprises d’avoir à utilisé ce type d’arme… Le point sur les principaux types d’armes chimiques létales. 

Gaz Sarin : attaque le système nerveux |  Le gaz sarin est un puissant neurotoxique, qui attaque le système nerveux humain, découvert en 1938 en Allemagne. Même s’il n’est pas inhalé, le simple contact avec la peau de ce gaz organophosphoré, c’est-à-dire, comportant au moins un atome de phosphore, bloque la transmission de l’influx nerveux et entraîne la mort par arrêt cardio-respiratoire. La dose létale est d’un demi-milligramme pour un adulte. Ce gaz a été utilisé dans l’attaque terroriste du métro de Tokyo, en mars 1995. Il a fait 12 morts et plus de 5 500 blessés.

l-effet-du-gaz-sarin-sur-le-corps-humain-10910696fucsw

En Syrie, le régime syrien a déjà été accusé d’avoir utilisé du gaz sarin le 21 août 2013 dans l’attaque de localités aux mains des rebelles en périphérie de Damas, ayant fait au moins 1429 morts, dont 426 enfants, selon les Etats-Unis

Gax VX : plus puissant que le Gaz Sarin | Le gaz VX, agent neurotoxique, inventé dans un centre de recherche britannique en 1952, est encore plus puisant et plus mortel que le gaz sarin. Les symptômes et le mode d’absorption sont les mêmes que pour le sarin, à savoir l’inhalation et le contact cutané. Seule différence : il peut se répandre dans l’air et dans l’eau. Contrairement à la croyance populaire, le VX n’est pas un gaz à température ambiante mais un liquide qui se décompose à sa température d’ébulition, le VX n’existe pas sous forme gazeuse. Ce poison ultra-toxique a récemment fait « parler » de lui…il a été utilisé pour assassiner Kim Jong-Nam, le demi-frère du dirigeant nord-coréen en Malaisie. 

image2

En Syrie, selon un document de l’Union Européenne, consulté en mai 2015, des inspecteurs de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) ont découvert des traces d’éléments entrant dans la fabrication de gaz sarin et de gaz VX sur un site non déclaré en Syrie.

Chlore : Un puissant suffocantProduit industriel courant, un tonneau de chlore peut être facilement détourné de son usage habituel pour se révéler être un puissant suffocant. Sa signature: une très forte odeur de javel, terriblement âcre, et une fumée jaune.

En Syrie, la Convention sur les armes chimiques interdit l’utilisation de produits tels que le chlore à des fins militaires. En mars 2015, l’ONU a adopté une résolution condamnant l’utilisation du gaz de chlore comme arme chimique dans le conflit syrien. Une mission d’enquête des Nations unies et de l’OIAC a déterminé que le régime syrien avait mené au moins trois attaques au chlore en 2014 et 2015.                                                                                                                     
Gaz Moutarde : lancement lors de la Première Guerre Mondiale | Le gaz moutarde a marqué la mémoire collective en raison des horribles lésions qu’il inflige et de la terreur qu’il inspire.Utilisé initialement durant la Première guerre mondiale, le moutarde est un gaz de combat asphyxiant. Il servit pour la première fois en juillet 1917, à l’initiative des Allemands. Par contact, il couvre la peau de cloques très douloureuses tandis que les yeux sont irrités, les paupières enflammées se ferment et rendent momentanément aveugle. Des hémorragies internes et externes se développent et détruisent les poumons. Les patients les plus durement frappés mettent 4 à 5 semaines à décéder d’un oedème pulmonaire.                                                                                                                                                                            

image4

En Syrie, en août 2016, des enquêteurs de l’ONU ont accusé le groupe djihadiste Etat islamique (EI) d’avoir utilisé du gaz moutarde à Marea, dans la province d’Alep (nord de la Syrie), le 21 août 2015

A lire : Donald Trump durci le ton avec le régime de Bachar El-Assad 

Sans titre

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s