Thomas Lombard : « Les Saracens sont très impressionnants »

Samedi, l’ASM Clermont jouera une nouvelle finale de Champions Cup, sa 3ème en 5 ans, face aux redoutables anglais des Saracens. Une équipe britannique invaincue en Coupe d’Europe depuis un an et demi et tenante du titre. Analyse de la rencontre ,à J-4, avec le consultant de RMC et Canal +, ancien international français, Thomas Lombard.

14724393_1230470353686057_959806957747706997_n
Thomas Lombard. CP : Facebook personnel.

CHRONIQUES : Avant d’évoquer cette finale de Champions Cup entre Clermont et les Saracens, un mot sur la situation du Stade Français. Vous allez présenter un projet de rachat à Thomas Savare ce mercredi 10 Mai avec d’autres anciens joueurs du club : Christophe Dominici, Mathieu Blin et Sylvain Marconnet. Sportivement, quelles en sont les grandes lignes ? 

Thomas Lombard : Nous présenterons ce projet à l’actuel président effectivement. Sur le plan sportif, ,si notre projet est retenu, l’effectif sera composé de joueurs confirmés et de jeunes joueurs en devenir issus du centre de formation et d’ailleurs. C’est notre philosophie. Financièrement, la gestion se fera avec une idée en tête : pérenniser le club. Donc pas de folies certes mais une grande ambition. 

CHRONIQUES : Parlons désormais de la finale de Champions Cup entre Clermont et les Saracens. L’ailier anglais de l’ASM, David Strettle, a déclaré aujourd’hui : « Le Clermont des meilleurs jours est supérieur à l’équipe des Saracens ». Vous partagez cette avis ?

Thomas Lombard : David Strettle est dans une logique de victoire donc il tient un discours de circonstances. Ce n’est pas une critique, c’est tout à fait normal. Clermont a certainement un jeu d’attaque plus spectaculaire, plus attractif mais les finales se gagnent sur une somme de petits détails. Le jeu d’attaque est une chose, comme la défense, le jeu au pied etc. Sur l’ensemble de ces données, les Saracens sont impressionnants mais Clermont a d’énormes points forts également.

CHRONIQUES : Un avantage pour les Saracens tout de même ?

T.L : Oui les Saracens sont favoris. Premièrement, ils sont invaincus depuis deux ans en Coupe d’Europe. Deuxièmement, leur effectif est impressionnant avec de nombreux joueurs sélectionnés en équipe d’Angleterre. Troisièmement, leur densité physique et leur rigueur défensive font aujourd’hui référence. Mais une finale, comme je le disais, c’est un ensemble de choses et je pense vraiment que la charnière de Clermont : Parra-Lopez devra avoir un impact très important sur ce match.

CHRONIQUES : Défensivement, l’équipe des Saracens adopte une tactique résumée en une expression  » La meute de loups ». Comment peut-on la décrypter ?

T.L : Oui c’est exactement ça, le « Wolf Pack ». Le principe : les loups fonctionnent mieux en meute. La force du loup c’est dans la meute, et la force de la meute c’est le loup. Plus concrètement c’est une défense très agressive avec des montées très rapides sur l’adversaire. Ils ne vous laissent pas le temps de respirer. On l’a vu en demi-finale face au Munster, au bout de 4, 5 temps vous commencez un peu à dégoupiller. L’homme clé ,de ce système défensif, c’est le centre anglais Brad Barritt. C’est lui qui donne le tempo. Les chandelles sont aussi utilisées pour mettre beaucoup de pressions sur l’adversaire. Et puis surtout, ils arrivent à tenir cette défense sur énormément de temps de jeu. La ligne se recompose très vite et peu de joueurs sont consommés dans les rucks.

CHRONIQUES : Que devra faire Clermont pour contourner cette défense ?

T.L : Comme je vous le disais, la charnière Morgan Parra-Camille Lopez aura un rôle très important. Le jeu au pied est une des clés de ce match. Il y’a deux ans, les Saracens avaient été éliminés par Clermont, en demi-finale à Saint-Etienne, grâce à un essai de Wesley Fofana après un coup de pied par dessus la défense anglaise. C’est une solution, pas la solution. Il faudra faire preuve d’une grande imagination pour déstabiliser cette défense. Clermont a su le faire en demi-finale face au Leinster. Il faudra se montrer très patients également. Les duels vont être très rudes. Et puis en défense, il faudra tenir 80 minutes. 

CHRONIQUES : Un mot sur le duel de 10 justement. Owen Farrell côté anglais, Camille Lopez, comme vous le disiez, côté français. Est-ce que se sont aujourd’hui les deux meilleurs 10 d’Europe avec un avantage pour le britannique tout de même ?

T.L : Ce sont deux excellents 10. Oui, avantage tout de même à Owen Farrel pour son expérience. Il a déjà joué de nombreuses finales, il est titulaire indiscutable avec le XV de la Rose et va faire la tournée avec les Lions Britanniques cet été en Nouvelle Zélande. Il a un taux de réussite au pied impressionnant, c’est un excellent défenseur et un bon métronome. Précisons qu’il n’a que 25 ans. Camille Lopez, lui est un excellent joueur également. Il a énormément progressé. Il commence à s’installer en Equipe de France et il est titulaire indiscutable à Clermont. Il a vraiment marqué les esprits avec sa demi-finale contre le Leinster. Sa qualité de jeu au pied ,notamment sur les diagonales, pourra être intéressante. Sa capacité aussi à pénétrer la ligne défensive peut être un atout. 

CHRONIQUES : Plus globalement, comment expliquez-vous cette domination du rugby anglais au niveau européen, voir mondial avec son équipe nationale, depuis 4/5 ans ?

T.L : Il faut remonter plus loin que ça, au début des années 2000. La crise financière a entraîné une dépréciation du livre sterling. Face à cette situation, les dirigeants des clubs ont placé la formation encore plus au centre de leurs préoccupations. Double objectifs : sortir le plus de joueurs anglais possible et proposer un rugby spectaculaire pour remplir les stades. Depuis plusieurs années, avec des hauts et des bas, le rugby anglais et son équipe nationale se portent biens. 70% des effectifs de l’Aviva Premiership (Top 14 anglais) sont composés de joueurs anglais. C’est énorme. 

CHRONIQUES : Cette situation ressemble au nouveau projet mené par le RC Toulon et l’arrivée de Fabien Galthié à la tête de l’équipe ?

T.L : Oui, c’est à la fois philosophique et c’est dû aussi au contexte économique. Mourad Boudjellal a énormément investi ces dernières années. Il est très difficile aujourd’hui de concurrencer des présidents comme Mohed Altrad à Montpellier ou Jacky Lorenzetti au Racing. C’est un choix, une stratégie pour pérenniser le club. 

CHRONIQUES : Un mot désormais sur la Tournée des Lions Britanniques en Nouvelle Zélande cet été ? Trouvez-vous les choix  du sélectionneur Warren Gatland cohérents ? Il y’a des absents de marques notamment le talonneur anglais Dylan Hartley ou le deuxième ligne Joe Launchbury.

T.L : Les choix du sélectionneur gallois sont pertinents. Il y’a une concurrence impressionnante à certains postes notamment celui de demi de mêlée. Il y’a des absents certes mais quand on voit les joueurs sélectionnés, il n’y a pas de scandales. Jonathan Joseph, le centre anglais était menacé mais il est présent finalement. Preuve encore de la richesse du rugby britannique. Plus globalement, c’est une tournée très importante pour les Lions. Je ne vais pas rappeler ce que les All Blacks représentent. C’est une institution. Ils vont peut-être avoir plusieurs absents pour ces 3 test-matchs (Kieran Read, Jérome Kaino et Ben Smith). Il y’aura aussi un goût de revanche. Les Lions étaient venus en 2005 et avaient pris des défaites cinglantes. Et puis ces 3 rencontres vont permettre d’analyser des duels anglo-néo-zélandais, les deux meilleures équipes du monde actuellement. Deux équipes battues uniquement par l’Irlande depuis deux ans. 

CHRONIQUES : Justement, on parle d’un test-match Angleterre-Nouvelle Zélande dès Novembre prochain. C’est possible ?

T.L : On sait que les All Blacks viendront en Angleterre en 2018. Des tractations sont en cours pour organiser un éventuel match en Novembre prochain mais c’est extrêmement cher. Hors calendrier mondial, faire venir la Nouvelle-Zélande représente une somme de 3 millions d’euros environ. C’est 2 millions d’euros ,approximativement, lorsque c’est prévu dans l’agenda en début de saison. Donc rien n’est fait encore. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s